Home
Compos
Joueurs
Blog
Voir Tous Les Articles
Image :
Marco Teubner
Foot fiction - PSG : assainir pour reconstruire

Non officiel encore, le départ de Tuchel semble acté au PSG. Leonardo est donc le (petit) vainqueur de cette guerre interne qui couvait depuis son retour aux affaires.
Pendant ce temps, le même Léo dit œuvrer pour la prolongation des pierres angulaires du projet qatari : Neymar Jr et Kylian Mbappé.

Et si au contraire cette période n’était pas idéale pour dessiner un nouvel horizon ?

Un modèle sans avenir 

Rares sont les clubs qui peuvent s’offrir plusieurs joueurs à 20millons/an sans s’appauvrir ailleurs. Le niveau actuel du Barca découle directement de la MCN et la volonté des dirigeants d’investir dans le marketing en lieu et place de la Masia. Et il suffit que Makélélé s’en aille pour Londres pour que les Galactiques deviennent inoffensifs. 
Sans oublier que Paris et ses mélodrames nous ont prouvé que le club n'avait pas la carrure pour accueillir des stars. L'institution est trop faible pour cela.

Enfin, les propriétaires qataris semblent avoir tari la source, dans le but que le club soit autosuffisant. Les derniers mercatos beaucoup moins flamboyants et non préparés sont d'ailleurs le signe d’un mauvais bricolage plus que d’une stratégie réfléchie.

L’impossible équilibre tactique

Neymar et Mbappé ont l’avantage d’être deux joueurs de très haut niveau compatibles : le pouvoir créatif du premier sert la fureur en profondeur du second. Mais autour, le vide se fait de plus en plus béant. Trop de joueurs ont été choisis pour leur disponibilité sur le marché plus que leur propension à faire progresser l’équipe. De plus, le refus chronique des trois offensifs à produire les efforts défensifs inhérents à la conquête du titre européen, force le reste de l’équipe à une couverture du terrain toujours plus grande.

Ce n’est pas viable.

Partir et reconstruire

Alors puisqu’on ne peut gagner de cette manière, autant la changer. Prendre de bons joueurs de son championnat pour en faire des stars mondiales, c’est le chemin épousé depuis de longues années par le Bayern, club le plus équilibré économiquement et l’un des plus stables sportivement du monde. De même, la Juve appauvrit ses concurrents pour se grandir, et le Lyon de la grande époque faisait ses courses parmi ses concurrents. Ce modèle fonctionne, et la ligue 1 est un merveilleux vivier de talents, dont seuls les clubs étrangers semblent profiter.

L’heure ne serait-elle pas pour le PSG de faire grandir nos prospects, et de faire de Paris ce qu’elle oublie d’être : la capitale de ce pays.

Une formation à valoriser

Les Titis doivent jouer. Et pour ce faire, il faut en terminer avec les achats d'étrangers du même niveau qui bloquent leur progression. Paris est un grand club formateur, et ses jeunes doivent y trouver leur place. Au PSG c'est criant, il n'y a pas de parcours de formation balisé et défini pour ces jeunes prodiges, obligés alors de s'exiler pour que leur carrière décolle. Qui peut penser que Nkunku, Diaby, Coman, Zagadou, Aouchiche, Ferland Mendy, Ikoné et Maignan n'auraient pas leur place dans ce Paris qui joue tous les trois jours ?

Joueurs formés au PSG

Quels hommes pour ce projet ?

On parle souvent des entraineurs, mais les maîtres à penser de la politique sportive sont évidemment dans les bureaux, et Henrique comme Leonardo ont échoué à créer une structure pérenne et saine, permettant de construire les fondations des victoires futures. Chaque saison est vécue à la fois comme la première et la dernière d’un nouveau cycle, et les échecs ne forment jamais le terreau des conquêtes futures où chaque acteur aurait appris de ses erreurs.
Paris presse ses entraineurs jusqu’à les dessécher de leurs idées. Il lui faut désormais faire confiance à un coach de valeur, ambitieux dans le jeu, qui ne changera pas de cap tactique à la première brise, mais qu’on laissera travailler y compris lorsque ses joueurs balbutieront ses principes en début de mandat.

Pochettino serait parfait si on lui accorde temps et sérénité. Et si Wenger avait dix ans de moins il serait l’homme idéal. Ce qui est certain, c’est que miser de nouveau sur un jeune prodige type Marco Rose ou De Zerbi, sans le soutenir quand la tempête couve, serait reproduire les mêmes erreurs qu’avec Tuchel.

Quel PSG sans Neymar et Mbappé ?

Avant d’acheter faut-il pouvoir vendre. Le monde est aux pieds de Mbappé, et il ne sera pas difficile d’en tirer au moins son prix d’achat. Pour Neymar en revanche, l’histoire ne sera peut-être pas aussi aisée. Mais le Real en cas de méforme durable d’Hazard pourrait bouger, de même que le Barca si le PSG abaissait quelque peu ses exigences.

Le PSG a trop longtemps habillé un secteur pour en déshabiller un autre. Il ne doit plus y avoir de poste faible. Surtout qu'avec Marqui, Presko, Navas, Verratti et Di Maria, les fondations sont là. Il faut simplement densifier qualitativement l'effectif, et ne pas se tromper sur les titulaires clés.

On ne va pas détailler toutes ces recrues potentielles, mais elles cochent toutes les mêmes cases : d'excellents prospects, jeunes, peu onéreux (excepté Camavinga), qui ne demandent qu'à exploser aux yeux du monde.

wyscout

En pointe nous nous sommes orientés vers Neal Maupay et surtout André Silva, attaquant régulier et complet. Capable de prendre la profondeur pour faire briller les créatifs placés derrière lui, comme de rôder entre les centraux pour conclure les actions.

Derrière, Aouar semble parfait pour le jeu de position indispensable à une équipe de la carrure de Paris. Son jeu dans les demi-espaces est un modèle, et son entente avec Di Maria et Verratti devrait être immédiate.

En doublure d'Angel et pour préparer sa succession, relancer Pépé ne serait pas une vilaine idée.

Camavinga ne doit pas quitter le championnat, et Paris serait le tremplin parfait pour qu'il enchaine les matchs au très haut niveau. Sa personnalité et son courage seront bienvenus dans un milieu qui a en parfois cruellement manqué par le passé.

Fulgini, Centonze, Bamba, Perraud, Neyou et Disasi font partie des meilleurs jeunes de L1, sont réguliers dans la performance, et méritent de se montrer plus haut.

Et enfin, il faudra évidemment laisser une place aux jeunes parisiens, notamment Ruiz et Xavi Simons.