Home
Compos
Joueurs
Blog
Voir Tous Les Articles
Image :
Le TFC, candidat sérieux à la montée ?

Longtemps moqués pour leur série de la loose (22 matchs sans victoire entre le 27 octobre 2020 et le 26 septembre 2021), les toulousains semblent avoir retrouvé des couleurs en ligue 2. L’équipe pointe aujourd’hui à la deuxième place du classement à deux points du leader Troyen et reste sur une série de 10 matchs sans défaite (7 victoires,3 nuls).

Positionnement en championnat:

Au niveau des expected points, le Tef' se classe 6ème avec presque 10 points réels de plus. Ceci s’explique notamment par la surperformance de l’équipe sur le plan offensif.

En effet Toulouse a déjà trouvé le chemin des filets 39 fois cette saison (pour 30,3xG), le meilleur buteur étant Rhys Healey (8 buts pour 6xG) récemment recruté à Milton Keynes (League One) contre €500k, qui a tout simplement marqué à chaque fois qu’il a été titulaire cette saison.

À noter d’ailleurs qu’il n’est pas la seule bonne recrue coté Toulousain puisque les recrutements de Spierings (€500k), Dejaegere (Prêt) et van den Boomen (€300k) auteurs à eux trois de 9 buts et 11 passes décisives sont largement venus renforcer le milieu de terrain, bien affaibli par les départs de Sangaré(€7m), Boisgard (€2m), Vainqueur (RP) et Makengo (RP).

Système offensif

Avec le ballon, Toulouse joue en 3-1-5-1 avec un meneur de jeu devant les trois axiaux (Spierings en général) chargé de faire le lien entre la défense et le milieu de terrain, deux pistons laissés seuls dans leurs couloirs, deux milieux en charge de l’animation des demi-espaces et enfin un 9½ (Adli) avec beaucoup de liberté derrière l’attaquant de pointe.  

Animation offensive

Il est premièrement important de noter que les trois centraux sont les premiers relanceurs de cette équipe et n’hésitent pas à monter, porter le ballon lorsque c’est possible mais également à rester haut sur le terrain afin d’apporter une solution supplémentaire au porteur du ballon.

Le joueur de Pau anticipe la passe et libère l’espace. Amian porte alors le ballon avant de servir directement le piston droit. Dejaegere, en profite pour aller se replacer dans le Half-space et apporter une solution.
Sanna centre pour Healey qui remise pour Dejaegere et grosse occasion de but.

Car l’animation de Toulouse repose sur une forte densité de joueurs autour du porteur du ballon afin d’apporter davantage de possibilité de passes. Ceci est rendu possible grâce aux déplacements de Spierings (plus bas) et Adli (plus haut) sur la largeur du terrain, afin de toujours se trouver proche du ballon et apporter des solutions supplémentaires.

Ici le ballon passe de la droite vers la gauche, Spierings et Adli coulissent automatiquement pour venir apporter des solutions.
Antony Rouault a ainsi 4 solutions de passes différentes et casse deux lignes en servant Adli.
Ici la heatmap de Spierings cette saison en L2 montre bien qu'il couvre toute la largeur du terrain.
Ici Adli vient proposer une solution à gauche à Machado.
On le retrouve 15 secondes plus tard au cœur d’une action venant de la droite qui amène à un face à face pour Healey.

Enfin, le système offensif de Toulouse repose également sur la capacité des joueurs à se déplacer intelligemment les uns en fonction des autres.

Dejaegere et Moreira sont haut sur le terrain, Adli décroche pour offrir une solution de passe à Spierings, remet en une touche à Amian et se décale dans le couloir droit…
…aucun souci, Moreira se décale dans le demi-espace et Dejaegere décroche pour offrir une solution à Amian.
De même, Dejaegere et van den Boomen occupent l’axe, Antiste dézone donc et fait un appel dans le demi-espace laissé libre et centre vers ses coéquipiers.

Système défensif

Défensivement l’équipe est organisée en 5-3-2 avec les deux attaquants chargés de gêner la relance adverse, des milieux assez proches pour apporter de la densité et des pistons, seuls dans les couloirs qui n’hésitent pas à sortir haut pour presser.

Car il faut le souligner, Toulouse est une équipe qui presse beaucoup et se classe notamment deuxième en PPDA, autrement dit en moyenne, entre chaque action défensive du TFC, l’équipe adverse effectue 8 passes.

Sur cette action, VDB perd son duel aérien, Spierings et Dejaegere déclenchent tout de suite leurs pressings.

Récupération haute, 3vs2, Adli porte le ballon et sert Healey qui fait un appel dans l’angle mort du défenseur palois. But.
Ici, alors qu’Adli ne cadre pas le central, Dejaegere n’hésite pas à sortir sur ce dernier pour bloquer toute transition avec le milieu et forcer le jeu long.

Les faiblesses défensives

Néanmoins, avec 23 buts encaissés (pour 25xGA), 9ème défense de L1, la défense de Toulouse n’est logiquement pas irréprochable.

En premier lieu, cette équipe, malgré toutes ses bonnes intentions en matière de pressing et de récupération haute, manque parfois de concentration, la faute peut être à une défense parfois très jeune (Rouault, Amian, Diakité), et commet parfois des erreurs évitables.

Ici par exemple, appel de Ba (Niort) qui prend le dessus sur Diakité et conserve le ballon grâce à un bon contrôle.
Derrière, alors que le rebond lui permettrait de monter sur son vis-à-vis avant qu’il n’arme sa frappe, Diakité défend très loin du porteur du ballon.

A cause du positionnement parfois très haut de sa ligne défensive, notamment sur attaque placée, l’équipe est également vulnérable sur contre-attaque.

Ici récupération de Caen alors que les axiaux droit et gauche (entourés), sont très hauts sur le terrain. Seul Dewaest (hors image) est à la couverture. Diakité et Spieriengs déclenchent le contre-pressing.
Deminguet élimine le pressing sur un crochet, situation de 2v2. Heureusement pour Toulouse, Mendy loupe son contrôle.

Enfin, on peut également souligner les erreurs de Dupé dans les buts Toulousain, parfois coûteuses (notamment dans ses sorties aériennes ainsi que lors de face à face), mais également sa friabilité sur les tirs subits à l’extérieur de la surface. Le recrutement d’Isaak Petterson au mercato hivernal est peut être d'ailleurs lié à ses performances récentes.

Conclusion

Après un peu plus de 6 mois à la tête de l’équipe on peut affirmer que Patrice Garande a su instaurer des intentions de jeu positives et ambitieuses au sein de son effectif, basées sur un fort pressing à la perte et des joueurs toujours en mouvement intelligemment les uns par rapport aux autres. Néanmoins si le TFC veut s’assurer de rejoindre l’élite seulement un an après l’avoir quitté, il faudra corriger certains défauts défensivement (rigueur, placement, couverture de la profondeur...). Le recrutement d’un gardien et d’un défenseur central expérimenté au dernier mercato semblent d’ailleurs converger vers cette volonté.