Home
Compos
Joueurs
Blog
Voir Tous Les Articles
Image :
Getty Images
Les Blues trouvent leur rythme

Club tumultueux mais aux nombreuses success stories depuis 15 ans, les Blues restent un paradoxe dans le monde du football.

Rarement un club aussi instable aura autant gagné. Mais il semblerait qu'après l'échec de Sarri, Abramovitch ait changé son fusil d'épaule. Confiance à des jeunes, stabilité de l'entraîneur, figure emblématique du club. Chelsea se doit de revenir à la place numéro une du classement, pas en une des médias.

En termes de mercato, le tumulte est toujours présent. L'été 2019, marqué par l'interdiction de recrutement, avait été le calme avant la tempête. Un été où des jeunes pépites formées au club ont pu éclore en masse (James, Mount, Abraham, CHO, Gilmour) puis un été où Abramovitch aura fait fi des difficultés liées au Covid. Werner, Ziyech, Havertz, Chillwell Silva, Mendy. Rien que ça. La balance affiche -147 M mais comptablement cet investissement se fait ressentir. Les Blues sont de sérieux concurrents dans la course au titre avec Liverpool, Tottenham ou encore les Manchester, et Leicester.

Alors que des anciens de la maison qui avaient rendus de fier services au club, ont quitté le navire progressivement depuis un an (Pedro, Willian, Morata, Hazard) ou que certains ex-espoirs ont été prêtés dans l'optique d'être vendu (Bakayoko, Barkley, Loftus-Cheek), Lampard dispose pourtant maintenant d’un groupe de qualité bien supérieure cette saison.

Avec tous ces changements d'effectif une chose est certaine: les places dans le 11 sont chères mais elles sont aussi presque toutes à prendre. Si les 5 de derrière sont plutôt indiscutables (à l'exception peut-être d'Azpilicueta qui peut gagner du temps de jeu en central ou latéral), les places à prendre devant sont rares mais toutes remises en cause. Alors faisons une revue de l'effectif des Blues et des options qui s'offrent à un Lampard qui, avec les profils recrutés et sa philosophie, semble pencher pour une équipe capable de presser haut son adversaire et de jouer les transitions à fond. Une philosophie que le manager a peut-être légèrement revue en cours de route. Quelques résultats négatifs notamment contre des blocs bas sur lesquels les Blues se sont cassés les dents cette saison ont remis légèrement en question le "Tout pour la transition" de Lampard et le 4231 initial a évolué petit à petit vers un 433, plus propice à des succès contre les équipes bien regroupées.

Le trio du milieu

Prolongeant son 4231 en début de saison donc, lui qui avait fait le succès de son équipe l'an passé, Lampard dispose de 3 éléments pour constituer son double pivot:

En Ligue des champions, Chelsea aligne le duo Kovacic-Jorginho lors de ses deux derniers matchs. Avec un Kovacic jouant plus haut qu'un réel joueur de double pivot. Moins exposé qu'en PL, Chelsea peut se permettre de faire souffler Kanté pendant la phase de poules, et aligner Jorginho en pointe basse. Kanté semble cependant avoir les grâces de Lampard en PL, à cause de son rôle primordial sur actions défensives. Cependant le passage en 433 de l'équipe rend difficile l'association Kanté-Jorginho, trop défensive et le français est privilégié à l'italien en championnat pour sa capacité à bien défendre sur transitions défensives, eux qui ont encore souffert en première période sur cette phase face à Leeds, qui a amené au but de Bamford notamment.

En effet Jorginho a souvent montré sous Sarri ses limites quand il est pressé. Si la comparaison avec Busquets était souvent faite pour ce joueur, il n'a pas les capacités à se défaire d'un pressing comme l'espagnol. Face à des équipes comme City, Liverpool, Leeds, on préférera plutôt une association Kovacic-Kanté capables de démarrer très vite leurs courses à la réception ou à la perte du ballon, permettant ainsi de faire coup double en phase offensive, en se défaisant du pressing adverse et en portant le danger dans sa zone.

Contre des équipes qui n'inquiètent pas défensivement en revanche, on privilégiera peut-être alors la capacité de Jorginho à faire des passes entre les lignes pour y trouver des Werner, Pulisic, Havertz, Ziyech ou Mount comme c'est le cas en Champions League. A Lampard de jauger la forme de ses deux joueurs, les qualités de l'adversaire pour déterminer qui doit être aligné. Un problème de 6 que nombre de clubs aimeraient se poser (Paris, Real, Juve pour ne citer qu'eux).

Devant ce numéro 6, on retrouve Mount et Havertz ou Kovacic. Si Mount ou Havertz ont plus un rôle de liant et pour jouer entre les lignes, un rôle de 10, Kovacic est là pour être un intermédiaire entre la défense et l'attaque lorsque Werner, Pulisic, Havertz, Ziyech ou Mount ne peuvent être touchés par une passe entre les lignes, souvent venue de Kanté ou Jorginho.

Les profils des 3 milieux sont bien différents. Kovacic est réellement un 8 tandis que les 2 autres sont plutôt des 10 à l'aise entre les lignes. Havertz évoluant encore plus proche de la surface que Mount, comme en témoignent ses stats de tirs, ou entre les Yards Progressed plus faibles avec pourtant plus de passes dans la surface de réparation que son camarade brittanique.

Si Chelsea n'a pas encore un vrai remplaçant dans ce rôle de box to box/numéro 8 pour remplacer Kovacic, la possibilité d'aligner Mount et Havertz, avec Mount légèrement plus bas a très bien fonctionné contre Leeds ce weekend. Lampard avec Kanté, Jorginho et Gilmour dispose même de solutions pour évoluer en 4231 avec un seul numéro 10. Et pour trouver la doublure de Kovacic, Chelsea pourra peut-être piocher dans ses joueurs prêtés, avec Barkley notamment.

Le duo de pointe

Pour accompagner ces milieux, Lampard a plusieurs options en attaque en disposant de 2 vrais 9 (Abraham, Giroud), un 9.5 (Havertz) et un 9-ailier (Werner). Alors qu'il choisit systématiquement d'aligner Abraham ou Giroud. Les matchs où ces deux là étaient absents (Liverpool, Man U) n'ont pas abouti sur des victoires pour les blues. Dans cette configuration c'est alors Werner qui avait su profiter des espaces dans le dos de la défense de Liverpool pour se procurer quelques situations mais pas assez tranchantes, pas assez accompagnées par ses coéquipiers.

Note: Les stats de cette saison s'arrêtent au 1er décembre. Depuis Giroud a enchaîné les bons matchs.

Alors qu'Abraham avait depuis le début de saison les faveurs du coach anglais en marquant 5 buts en 15 matchs (malgré de nombreux loupés), Giroud s'installe depuis 2 semaines avec une grande réussite à la pointe de l'attaque des blues. Buteur décisif contre Rennes et Leeds, il a donné une démonstration contre Séville avec 4 buts (des deux pieds et de la tête s'il vous plait). Giroud est devenu plus clinique dans la finition dans la surface, ce qui pouvait lui faire défaut et cela a séduit le coach.

Les deux joueurs apparaissent bons mais pas étincelants. Sans manquer de respect à Olivier Giroud on l'a souvent vu fonctionner par phases et ne plus être indiscutable sur toute une saison de PL depuis un moment déjà. Jusqu'à quand Lampard s'appuiera-t-il sur ces deux buteurs donc ? Car le 11 qui maximise les talents sur le terrain (sans tomber dans une compo "fifa") pourrait tout de même faire fi de ces 2 joueurs comme nous allons le détailler par la suite.

Les ailiers

En ayant recruté à tour de bras aux postes offensifs cet été, Chelsea s'est offert le luxe de devoir choisir 2 titulaires et 2 remplaçants parmi Pulisic, Werner, Ziyech et Hudson-Odoi. Si CHO est encore parfois un peu maladroit dans la dernière passe (seulement 0.11 xA malgré de nombreuses passes dans le dernier tiers cette saison), sa percussion fait grand bien à Chelsea en fin de match lorsqu'il entre, en particulier contre les blocs bas comme lors de la Remontada des blues face à West Bromwich. Il reste alors les 3 autres joueurs, d'un calibre supérieur. Ziyech qui a sa place attitrée à droite de par ses qualités de centre, et de passe et qui en font un poison au moment d'affronter des blocs bas regroupés. Ziyech est le centreur depuis la droite de Chelsea, au même titre que KdB l'est à City, ou Trent à Liverpool (même si la qualité de James dans ce domaine, permet aussi à Ziyech de jouer plus proche du coeur du jeu sans que l'équipe perde en qualité de centre). Lorsque Ziyech bégaye son football, comme c'est arrivé face à Tottenham, c'est Chelsea qui se retrouve presque incapable de déstabiliser un bloc bas bien organisé.

A gauche la lutte semble plus acharnée entre les deux ex-pensionnaires de Bundesliga. Si Pulisic a porté l'équipe après le COVID en Premier league, avec une gestuelle et une qualité de frappe rappelant Hazard par moment, Werner réalise un excellent début de saison et n'a pas non plus été acheté pour rester sur le banc. Moins provocateur en 1 contre 1 que Pulisic, ses qualités s'expriment beaucoup plus en transitions que sur attaque placée où il a plus de difficultés à exister, son jeu demandant énormément de courses dans les espaces et de déchet dû à ses prises de risque. On pourrait alors revoir le pendant Jorginho/Kovacic, Attaque Placée/Jeu en transition se redessiner entre Pulisic et Werner. Cette dynamique pourrait en effet s'enclencher sur la seconde partie de saison même si je suspecte que nous verrons les deux joueurs sur le terrain en même temps à moyen terme. A court terme, il est possible que Lampard profite du retour de blessure de l'américain pour faire souffler un Werner qui enchaîne les minutes depuis le début de saison lors du boxing day. Permettant à l'allemand de faire le plein d'énergie pendant que son coéquipier fait le plein de confiance avant d'aborder la seconde moitié du championnat où Chelsea sera engagé en Champions League et dans la folle course au titre de Premiere League.

Note: Les stats de Pulisic sont prises sur la saison passée

Etat des lieux et ambitions futures

L'équipe type des Blues cette saison

Alors qu'on a dit que Pulisic était un formidable joueur de ballons et que sa place n'était pas sur le banc, que les attaquants de Chelsea n'étaient soit structurellement (Abraham) soit conjoncturellement (Giroud) pas au niveau d'un grand 9 en continu, Lampard pourrait revoir ses plans pour donner encore plus pleinement à Havertz les clefs du jeu et créer deux animations très différentes sur les deux côtés de Chelsea.

Le côté gauche, animé par Chillwell et Pulisic, pourrait être celui de la percussion des 1 contre 1 pour Pulisic avec un Chillwell à la F. Mendy, plus dans le cœur du jeu que dans le débordement. Pour pousser les comparaisons on pourrait avoir un côté gauche des Blues proche du droit chez les SkyBlues où Walker dans le cœur du jeu et Mahrez martyrisant son défenseur ressembleraient au profil des deux joueurs des Blues.

Le côté droit serait alors celui des centres, avec Ziyech, plutôt attiré par des centres depuis le half-space (bien que ses qualités aillent bien au-delà que celles d’un simple centreur) et Reece James en exécutants hors pairs, comme on l'a vu pour James contre Leeds avec sa passe décisive pour Giroud.

Dans cette compo, Havertz et Werner évolueraient tous deux en faux 9, l'un plus attiré par la construction, l'autre par la profondeur (Plus qu’être à l’aise sur un côté, Werner est à l’aise quand il a de l’espace et pourrait jouer dans la profondeur). Une sorte de duo Kane-Son dans un autre quartier de Londres, qui permettrait de mettre en exergue les qualités de contre de ce duo mais aussi sur attaque placée où Werner sait souvent bien se déplacer pour trouver un espace libre même au sein d'une défense regroupée. Dans un rôle à la Pedro, son profil permettrait aussi, comme il le fait déjà de bouger les défenses regroupées, créant des solutions entre les lignes pour des Pulisic, Havertz ou Ziyech.

On aurait alors un Chelsea plus tranchant, au sommet de son art, disposant avec CHO, Abraham, Giroud sur son banc toujours de solutions offensives intéressantes (il manquerait un ailier gauche en doublure de Pulisic néanmoins), plus à même de vaincre ses adversaires directs pour le titre, ce qui reste la faiblesse des blues cette saison (nul contre Tottenham, défaite contre Liverpool, nul contre ManU). En mettant ses joueurs les plus techniques et aussi les plus à même d'appliquer un contre-pressing ambitieux (ses 4 là de devant en sont des experts), Chelsea pourrait aussi corriger ses problèmes en transition défensive (en réduisant leur nombre tout simplement) et aussi mettre dans les meilleures dispositions des attaquants qui ne demandent qu'à dévorer les espaces laissés libre par la défense adverse. Tous les atouts d'un champion.