Home
Compos
Joueurs
Blog
Voir Tous Les Articles
Image :
Tactique : comment battre l'OL ?

Après avoir détaillé les points de fragilité défensifs de Lyon dans un précédent article, on va ici aborder de nouveaux aspects tactiques, notamment sur ce qu'il faut mettre en place pour espérer faire déjouer leur armada offensive.

En préambule on doit affirmer que l'OL est en ce moment dans un cercle vertueux- les meilleurs joueurs sont mis à leur meilleur poste- la victoire amène la confiance- les adversaires viennent en victime- la L1 est un championnat peu tactique et Garcia est rarement "outcoaché".

Mais quand l'OL a rencontré des coachs avec une vraie culture tactique (Moulin, MDZ, Ursea, Puel, Dall'Oglio), Lyon n'a clairement pas roulé sur la rencontre comme ce put être le cas hier contre Nantes.

Le système

En phase de possession, l'OL attaque dans un 343 asymétrique avec Mendes à la relance, Depay en faux 9, Toko-Tino qui cherchent la profondeur et Aouar/Paqueta en meneurs de jeu. L'OL cherche toujours le déséquilibre en mettant le surnombre dans le demi-espace gauche.

Les surnombres à gauche

Pour contrer ça, "être en place" ne suffit pas, il faut également déplacer le bloc pour bloquer leurs triangles, et surtout forcer les joueurs "faibles" à faire le jeu. Nantes hier n'a jamais cadrer Aouar-Paqueta-Depay et évidemment la punition est immédiate.

Aouar peut ajuster sans souci une passe à 20m pour Depay, qui pourra à son tour espérer trouver Paqueta. T'as quoi à espérer quand tu cibles pas les rouages du système défensivement ?

L'animation défensive

Défensivement l'OL investit massivement le camp adverse assez rarement. Ils le font sur touche, sur 6m, car le marquage individuel y est facile à organiser.

Sur défense placée, l'OL est placée dans un 433 où les 3 milieux viennent chasser très haut pour bloquer la relance courte. Garcia mise sur l'absence de circuits de passes, et la faiblesse des relanceurs de L1. Si les demi-espaces derrière la ligne sont trouvés c'est la merde.

Sur une simple passe latérale pour le 2e central, la zone de construction est trouvée, car le bloc lyonnais coulisse très lentement. Lopes prend la profondeur, Gouiri décroche, et s'il décide de se retourner au lieu de remiser, Lyon est sur une seule et unique passe en 4v4...

Forcer les latéraux à jouer mauvais pied

Quand on joue Lyon, le piège est d'orienter Cornet vers l'extérieur (zone privilégiée par les coachs), car en plus d'être dans sa zone de confort le long de la ligne Cornet, il aura toujours des relais proches (cf plus haut).

Ici Nice invite Cornet à jouer à l'intérieur sur son pied droit : récupération immédiate. Gouiri est trouvé seul dans le sens du jeu, il peut percuter et aller chercher son piston à gauche.

Ne pas laisser Lyon se mettre dans le sens du jeu

Très important quand on joue Lyon : si vous les laissez se retourner, poser le pied sur le ballon, ça peut devenir compliqué. Alors qu'il y a des postes faibles techniquement, il est indispensable de s'en servir.

Tous les amoureux de la relance savent que le couloir est parfait pour trouver le 3e homme face au jeu (Gladbach et Leeds le font à merveille). Mais à Lyon les circuits ne sont pas travaillés et un simple pressing permet de récupérer la balle très haut pour construire en triangle.

Nouvelle preuve de l'absence de circuits de relance travaillés : Toko et Aouar font le même appel dans les pieds, alors que l'un doit décrocher pour faire une fausse piste, quand le second prend la profondeur dans le dos du piston.

Enfermer les créatifs lyonnais

Ursea a bien bossé tactiquement et vient mettre le surnombre défensif à gauche pour bloquer la progression lyonnaise, en enfermant les joueurs techniques dans des triangles qui permettront de contrer avec organisation.

Forcer Lyon à jouer dans un jeu de position qu'il ne maitrise pas

Dès que le bloc adverse est en place, la nuit tombe sur le jeu de l'OL. Et pour cause, à l'instar de la relance, Garcia ne travaille pas ce secteur. Tout le monde est immobile, seules des passes neutres sont possibles.

Conclusion

L'OL est une équipe impressionnante car elle sait maximiser ses points forts :
- les transitions offensives en profitant des erreurs d'autrui
- les surnombres à gauche
- le combo passeurs incroyables (Aouar, Depay, Paqueta) et joueurs de profondeurs (Toko-Kadewere).

Néanmoins elle possède des fragilités importantes qui doivent être exploitées par les coachs adverses :
- animation défensive moyenne
- faible contre-pressing
- jeu de position proche du néant
- aucun circuit de relance

Si l'OL n'est pas emmené sur des matchs avec des phases de jeu placé, exempts le plus possible de transitions, alors le club aura une chance d'être champion de France. Et si tel est le cas, ce serait sincèrement assez humiliant pour les coachs de ce championnat...